Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

THIERRY DELCOURT

THIERRY DELCOURT

CARREFOUR ENTRE ART, PSYCHIATRIE ET PSYCHANALYSE. Recherche sur le processus de création et la capacité créative dans le soin et l'existence


CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES ET POUR LEUR CRÉATIVITÉ

Publié par Thierry Delcourt sur 25 Janvier 2018, 10:25am

Catégories : #culture - art et psychanalyse, #psychanalyse, #psychiatrie, #psychologie, #crise, #souffrance au travail burn out

Un titre trompeur mal choisi par l'éditeur

Un titre trompeur mal choisi par l'éditeur

Dans ce livre, je développe des situations concrètes de troubles et de souffrances de femmes confrontées à des conditions sociales et culturelles maltraitantes et dévalorisantes: au travail, dans l'espace public, dans leur couple, dans leur enfance. Ce livre lutte contre la tendance à stigmatiser des pathologies individuelles là où se joue une pathologie sociale et une perversion culturelle solidement ancrée qui fixe la femme dans un statut d'objet ou/et d'être inférieur corvéable. Ci-dessous la quatrième de couverture :

Pourquoi ne serait-il question que des femmes et des psys ? Pourquoi pas des hommes et des psys ou simplement des êtres dans leur singularité sans distinction de sexe, d’âge, de couleur de peau… et des psys ? Y aurait-il quelque chose, une spécificité des troubles, une quelconque distinction dans leur modalité d’expression, une particularité de la demande et de la relation avec les psys que les femmes partageraient entre elles, au-delà de l’irréductible singularité et de la commune inscription sociale de chaque individu ?

Certes, les femmes consultent les psys sans trop de réticence, bien que force est de constater que les hommes socialement et intimement fragilisés sont nombreux, et sont aussi plus souvent enclins à exprimer leur sensibilité éprouvée en acceptant de franchir le seuil des cabinets de psys. Mais, fait singulier et distinction de taille, les femmes ont historiquement contribué à la constitution d’un savoir expérimental dont elles furent l’objet étudié, manipulé, classé et traité par des hommes, et pas toujours des plus progressistes. Il m’est apparu de plus en plus nécessaire, au fil de ma pratique de psy, de tenter de réinterroger les savoirs établis.

Mon propos n’est pas de définir ni d’étayer une spécificité féminine relative aux souffrances existentielles et aux pathologies psychiatriques dont peuvent souffrir certaines femmes. Toutefois, sans vouloir catégoriser et encore moins stigmatiser, on ne peut que constater le fait que l’histoire, le statut, le parcours et les conditions de vie d’une femme interfèrent pour une part importante dans sa souffrance, ses symptômes mais aussi dans la prévalence actuelle de certains troubles psychiques sévères.

 Il se pourrait que ce livre concerne et intéresse autant les femmes que les hommes. Alors, ce serait la confirmation d’un progrès social rompant les frontières identitaires. Le sujet n’est pas, rappelons-le, d’opposer homme et femme mais de permettre leur entente sur une base revisitée.

Ni Mars, ni Vénus, mais des planètes jumelles, terres de cohabitation paisibles, cela semble devenir aussi une préoccupation d’hommes qui refusent leur contrainte identitaire et les stéréotypes qui les aliènent.

Et aussi, pour mémoire, de grandes et fortes histoires d'artistes femmes qui ont bouleversé la donne de l'art contemporain, qui font entendre la voix des femmes et les rendent visibles à travers leur création :

CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES ET POUR LEUR CRÉATIVITÉ
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cathy 30/01/2018 10:42

Ces troubles sont ils vraiment spécifiquement féminins? Cette question m'est venue en lisant ces jours derniers dans la presse "Hystérique: le pédo-psy interpelé..." ou encore "Le commissaire de Thalys est bipolaire..." Mais est-ce une description réellement médicale? Merci.

Thierry Delcourt 01/02/2018 08:17

Non, rien de médical dans ces allégations. C'est une utilisation abusive de concepts déjà contestés par les psys et encore plus quand ils sont utilisés ainsi

Jacqueline 28/12/2017 13:51

Je découvre ce texte. C'est beau, c'est chaud, c'est fluide. C'est l'appel du discours.

Jibé 26/11/2017 08:21

L'ouvrage idéal pour occuper l'espace laissé entre les fêtes !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents