Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
THIERRY DELCOURT

L’INTIME À L’ADOLESCENCE

7 Novembre 2014, 10:32am

Publié par Thierry Delcourt

L’intime est le superlatif d’interior, l’intérieur, ce qui est au plus profond, ce qui est le plus en dedans, ce qui constitue la vie intérieure, généralement secrète, invisible, mais aussi essentielle. C’est une notion qui fait appel au registre de la conscience.

Le corps relève de ce qui est intime et le sentiment de pudeur est souvent lié à la honte, au risque de dévoilement du sexuel. Au cours des apprentissages, l’enfant expérimente un certain rapport à ce qui lui appartient de montrer ou de cacher.

L’écriture du journal intime est ce miroir de nous-mêmes qui nous renvoie ce qui serait le plus présent et le plus enfoui.

L’intime marque également ce qui relie étroitement à l’autre ; un ami intime est celui en qui on a toute confiance, pour lequel on n’a pas de secret ; la vie intime fait référence à la vie amoureuse et sexuelle, à ce qui est si singulier dans le lien à l’autre.

L’intimité familiale ou amicale est bien différenciée de la vie sociale et quand le monde judiciaire fait référence à « l’intime conviction », il fait appel à la dimension subjective du jugement et de l’engagement.

Cependant, il semble difficile d’en rester à une définition qui ne ferait référence qu’au registre conscient car ce qui nous traverse et qui nous agit se produit le plus souvent à notre insu. Le dévoilement surgit souvent là où on ne s’y attend pas. Il s’agit alors de ce qui est au plus intime de soi. Ce que l’on ne peut même pas s’avouer à soi-même. Cet intime est constitué des traces des éprouvés sensoriels primaires dans l’intime de la relation mère - enfant, des premières constructions de l’image du corps, de la séparation entre ce qui est dedans et ce qui est dehors. C’est aussi ce qui relève de la vie fantasmatique, de la sexualité parentale voilée et de la construction du fantasme de la scène primitive.

La puberté et ses transformations corporelles obligent l’adolescent à réélaborer son rapport à l’intime, avec lui-même et avec autrui. La sexualité, le désir, la vie amoureuse convoquent l’adolescent à voiler cette sphère de l’intime. Le sexuel n’est plus seulement celui de l’infantile. De même, le lien intime au corps du parent change, une distance est nécessaire car l’intime de l’adolescent convoque le sexuel parental.

Si cette nouvelle intimité passait autrefois par la séparation des générations, aujourd’hui les possibilités d’aménagement de l’intime sont certainement plus complexes car l’adolescent reste plus longtemps sous le regard parental. Et parallèlement, le monde de la « toile » semble être une tentative d’échapper à ce regard tout en exhibant une part non négligeable de son intimité au plus grand nombre.

Durant cette journée, nous questionnerons ce qui relève de la construction de l’intime pour tout sujet en devenir, tout en interrogeant comment l’institution et le clinicien rencontrent l’adolescent en respectant son monde intime.

L’INTIME À L’ADOLESCENCE

Séance plénière

Modérateur : Dr Jean Philippe GUEGUEN, Psychiatre,

Psychanalyste (Hôpital Simone Veil, Eaubonne)

9 h 00 Allocution de bienvenue

M. Alexandre AUBERT, Directeur de l’Hôpital Simone Veil

9 h 10 Introduction : Les frontières de l’intime

Dr Marie REY-CAMET, Psychiatre, Psychanalyste, (Hôpital

Simone Veil, Eaubonne)

9 h 30 Le pédiatre, le corps et l’intime

Dr Danielle ASENSI, Pédiatre

10 h 00 Débat avec la salle

10 h 15 Pause

10 h 45 La fonction de l’écriture dans la construction de l’intime :

à propos du Journal d’Anne Franck

Pr Jean-François CHIANTARETTO, Psychanalyste,

Professeur de Psychopathologie (Université Paris 13)

11 h 15 Débat avec la salle

11 h 30 L’adolescence, entre montrer et cacher : le recours créatif au service d’un paradoxe

Dr Thierry DELCOURT, Psychiatre, Psychanalyste, (Reims)

Armelle Blary - rage

Armelle Blary - rage

Commenter cet article